Question écrite sur les barèmes de facturation et la répartition des droits d’auteur de la SACEM – réponse recue le 23 juillet 2013

Le par

Question écrite

Texte de la question:

Mme Catherine Beaubatie attire l’attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur l’opacité des barèmes de facturation et dans la répartition des droits d’auteur de la SACEM auprès des associations et clubs de musique et de danse.

En effet, les associations se plaignent du système de facturation de l’organisation, considéré comme non conforme au code du commerce et à la réglementation économique et fiscale. Nombre d’entre elles, souvent animées par des bénévoles, réclament qu’un éclaircissement soit apporté sur la gestion de ces domaines par la SACEM, et qu’un effort de simplification des modalités d’accès aux oeuvres et de modération des rémunérations demandées soit mis en oeuvre.

Elle lui demande donc de lui faire connaître la position du Gouvernement en la matière.

Réponse de la Ministre de la culture et de la communication– 23 juillet 2013:

Le code de la propriété intellectuelle reconnaît aux titulaires de droits de la musique (les auteurs, les artistes-interprètes et les producteurs) des droits patrimoniaux sur leurs oeuvres, prestations ou phonogrammes.

S’agissant des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, c’est la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM) qui gère la perception et la répartition de leurs rémunérations pour leur permettre de poursuivre leurs activités de façon durable et, dès lors, de faire bénéficier le public d’un répertoire élargi et renouvelé.

Les pouvoirs publics ne sont donc pas compétents pour intervenir dans la fixation de la rémunération des titulaires de droits, qui ne constitue en aucun cas une redevance de nature fiscale ou une ressource publique. Le 5 octobre 2011, sous le haut patronage du ministère de la culture et de la communication ainsi que du secrétariat d’État à la jeunesse et à la vie associative, la SACEM, l’Association des maires de France (AMF) et 67 fédérations associatives ont signé plusieurs accords en vue de la simplification des modalités d’accès aux oeuvres et de modération des rémunérations demandées à l’occasion des manifestations musicales de faible ampleur.

Parmi ces fédérations figurent des fédérations d’associations de musique et de danse. Le tarif des droits d’auteur applicables aux petites associations a ainsi été adapté en tenant compte de la spécificité économique des associations et de leurs attentes et en garantissant une complète transparence quant aux montants des droits d’auteur à acquitter, ce qui leur permet de les intégrer dans leur budget prévisionnel.

La SACEM poursuit actuellement sa démarche de simplification et d’adaptation des barèmes et procédures avec les principales fédérations du secteur associatif afin de satisfaire au mieux les attentes des associations et communes utilisatrices de son répertoire.

Sur le même thème, lire aussi :

Texte de la question Madame Catherine Beaubatie attire l’attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :