Question écrite relative aux conséquences de la prolifération des « frelons asiatiques » – réponse reçue le 23 juillet 2013

Le par

Question écrite

Texte de la question:

Mme Catherine Beaubatie attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt sur les conséquences de la prolifération des « frelons asiatiques ».

L’invasion de ce prédateur est évidemment très préoccupante pour l’équilibre de la filière apicole mais aussi pour la préservation de la biodiversité, voire pour la sécurité des personnes.

L’arrêt du 26 décembre 2012, qui classe le « frelon asiatique » dans la liste des dangers sanitaires de deuxième catégorie, est une évolution positive et un premier pas essentiel.

Cependant, les coûts d’intervention pour détruire un nid peuvent être très importants. Pour faciliter leur destruction, une aide financière publique pourrait, par exemple, être proposée par le gouvernement et coordonnée par les Conseils régionaux.

Aussi, elle lui demande de lui indiquer quelles mesures complémentaires le Gouvernement entend prendre afin d’éradiquer cette espèce invasive.

Réponse du Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt – 23 juillet 2013:

Pour appréhender les problématiques de l’apiculture de façon coordonnée, le ministre chargé de l’agriculture a décidé, en miroir avec les actions entreprises et à entreprendre au niveau européen, la mise en oeuvre d’un plan d’action national (2013-2015) pour la filière apicole.

Articulé en 17 axes et décliné en 115 actions, ce plan prend en compte à la fois la santé des colonies d’abeilles, le soutien à la recherche, le développement du cheptel français, la formation et l’installation des jeunes apiculteurs et l’organisation de la filière apicole et de la production. Plus particulièrement, le 4e axe de ce plan est dédié à la lutte contre le frelon asiatique à la fois sur les aspects juridiques et techniques. Sur le plan réglementaire, des textes ont d’ores et déjà été adoptés.

Ainsi, l’arrêté du 26 décembre 2012 classe-t-il le frelon asiatique dans la liste des dangers sanitaires de 2e catégorie. Ce statut permet la mise en place de programme collectif volontaire dans les régions qui le souhaitent. L’autre arrêté du 22 janvier 2013 émanant du ministère chargé de l’écologie établit le fait que le frelon est une espèce envahissante menaçant la biodiversité, et donc l’intérêt apicole, et interdit par conséquent son introduction sur le territoire national. Plus récemment, la note de service DGAL/SDSPA/N2013-8082 datée du 10 mai 2013 définit les mesures permettant de limiter l’impact du frelon asiatique sur les colonies d’abeilles. Cette note regroupe les informations relatives aux outils disponibles pour une lutte harmonisée.

Ce dispositif réglementaire sera complété prochainement par un décret du ministre chargé de l’écologie, qui autorisera la destruction des nids se situant dans les propriétés privées sans que le propriétaire ne puisse s’y opposer.

Enfin, un arrêté conjoint des 2 ministres doit paraître début 2014. Il encadrera les mesures de surveillance, de prévention et de lutte contre le frelon asiatique Vespa velutina nigrithorax qui pourront être appliquées dans les programmes collectifs volontaires régionaux.

Ainsi, ces outils juridiques permettront aux différents acteurs d’intervenir efficacement sur le terrain. Sur le plan scientifique et technique, le plan ministériel soutient des essais en cours visant à tester et valider les méthodes de piégeage efficaces. Sont désormais confiées aux acteurs locaux, notamment les organismes à vocation sanitaire (OVS), dans les régions concernées la mission de coordination, ainsi que la mise en oeuvre des programmes de lutte collective, comprenant la sensibilisation et l’information des apiculteurs, l’identification et la confirmation des signalements des nids, l’organisation de la destruction des nids et l’information du préfet.

Le frelon asiatique est considéré comme un danger sanitaire de deuxième catégorie pour autant un appui financier du Gouvernement, pour les mesures de destruction proprement dites, n’est pas envisagé.

Sur le même thème, lire aussi :

Texte de la question Madame Catherine Beaubatie attire l’attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :