Question écrite relative à l’utilisation des pesticides contenant des substances actives de la famille des néonicotinoïdes. Réponse reçue le 5 août 2014

Le par

Question écrite

Texte de la question

Mme Catherine Beaubatie interroge M. le ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, porte-parole du Gouvernement, sur l’utilisation en 2013 des pesticides contenant des substances actives de la famille des néonicotinoïdes.

Concernant plus spécifiquement le traitement des semences de céréales à paille, elle rappelle que chaque année en France sont semés environ 5 millions d’hectares de blé tendre et 1 million d’hectares d’orge. Lorsque ces cultures sont semées à l’automne, elles peuvent librement être enrobées avec de l’imidaclopride. Pourtant à cette période, les abeilles sont encore souvent en activité. Par ailleurs, le couvert végétal implanté juste après la moisson fleurit souvent aussi en cette période (moutarde, phacélie…). Ces plantes sont très attractives pour les abeilles et du fait de la rémanence des produits pesticides utilisés en enrobage de semences, il y a un risque élevé d’intoxication pour les colonies d’abeilles et dans l’ensemble pour tous les insectes pollinisateurs. De plus, l’Anses a estimé qu’il existe un risque lié aux poussières de semis, pour les abeilles, mais également pour les insectes non cibles et la santé humaine. L’Agence européenne de sécurité des aliments a également souligné que l’imidaclopride peut avoir un effet négatif sur le développement du système nerveux humain.

Au regard de ces éléments, elle souhaite savoir s’il est envisagé d’interdire l’enrobage des céréales à paille avec de l’imidaclopride en particulier et l’enrobage avec des néonicotinoïdes des semences en général.

Elle souhaite aussi avoir un éclairage spécifique sur la situation des traitements de semences : quelles surfaces sont concernées par les traitements de semences, avec quelle matière active et sur quel type de cultures ?

Réponse de M. le ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt – 5 août 2014

A la suite de la décision de la Commission européenne du 24 mai 2013 de restreindre l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à base de clothianidine, d’imidaclopride et de thiaméthoxam, insecticides de la famille des néonicotinoïdes [règlement (UE) n° 485/2013], des modifications des autorisations de mise sur le marché (AMM) existantes ou des retraits sont intervenus. Ils visent des produits phytopharmaceutiques utilisés dans le traitement des cultures attractives pour les abeilles et les pollinisateurs, y compris le traitement des semences. Les céréales à paille semées en hiver, ainsi que les betteraves et les forêts, n’ont pas été identifiées comme des cultures à risques pour les abeilles. La Commission européenne envisage de réexaminer ces restrictions dans un délai de deux ans à partir de nouvelles informations qui seraient alors disponibles. Les autorités françaises ont initié et soutenu une prise de décision européenne sur la base de l’évaluation scientifique réalisée. A ce jour, il n’est pas envisagé de mesure d’interdiction complémentaire sur le territoire national. Les quantités de substances actives de la famille des néonicotinoïdes utilisées en 2013 ne sont pas encore connues. Elles seront prochainement collectées dans la base nationale des ventes de distributeurs. Les données relatives aux ventes 2013 de pesticides pourront être communiquées à l’automne dans le respect des règles communautaires de publication des données statistiques relatives aux pesticides.

Sur le même thème, lire aussi :

Texte de la question Madame Catherine Beaubatie attire l’attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :