Question écrite relative au projet de création d’un numéro unique de permanence de soins – réponse reçue le 24 mars 2015

Le par

Question écrite

Texte de la question

Mme Catherine Beaubatie alerte Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les conséquences qu’induirait la création d’un numéro unique de permanence de soins (PDS) sur l’action des médecins des associations SOS médecins et l’utilité sociale de la permanence de soins.

Les praticiens nous ont alertés sur les risques que représenterait ce numéro unique, notamment sur les dispositifs déjà existants comme le 15 ou le 3624 SOS Médecin, qui assurent une prise en charge rapide, efficace et d’un coût acceptable. Ils doutent très fortement de l’intérêt et de l’efficacité de créer de nouveaux numéros uniques et multiples par département ne disposant pas de moyens d’intervention propres auprès des patients, ne pouvant servir qu’aux conseils et à l’envoi de transports sanitaires.

Au lieu d’une simplification de l’utilisation, c’est précisément une complexification qu’ils redoutent, au détriment des patients et des acteurs de la permanence des soins ambulatoires (PDSA).

Ces associations souhaitent vous rencontrer afin de vous exposer leurs craintes et leurs propositions pour maintenir les interventions en nuit profonde qui aident beaucoup les populations défavorisées et dépendantes.

Elle la remercie donc de lui indiquer ces intentions en la matière.

Réponse de la Ministre des affaires sociales et de la santé – reçue le 24 mars 2015

Depuis 2003, l’efficacité et la qualité de la permanence des soins ambulatoires reposent sur l’instauration d’une régulation médicale préalable à l’accès au médecin de permanence. Cette régulation médicale téléphonique est assurée par les médecins généralistes libéraux et est toujours en interconnexion avec le SAMU. Ainsi, elle permet l’orientation de chaque patient vers la juste prestation médicale que son état requiert : conseil médical (dans 60 % des cas), visite d’un médecin à domicile, orientation vers une maison médicale de garde ou, le cas échéant, vers les urgences. Ainsi, la régulation médicale téléphonique permet de mobiliser à bon escient les médecins de garde et le patient dispose d’un interlocuteur unique qui l’oriente vers la meilleure réponse médicale. C’est pourquoi la régulation a été conçue comme la pierre angulaire du dispositif, garante de son efficience. Or, aujourd’hui, la multiplicité des numéros d’appel sur le territoire national selon les départements (n° 15, numéros à dix chiffres ou numéros à quatre chiffres, numéros de SOS médecins) nuit à la lisibilité du dispositif de la permanence des soins ambulatoires (PDSA) et à son bon usage par la population. La mise en place d’un numéro harmonisé au niveau national, aisément mémorisable, permettant au patient d’entrer en contact avec le médecin régulateur de PDSA, quel que soit l’endroit où il se trouve, fait partie des mesures importantes du projet de loi relatif à la santé. L’objectif est bien de mettre en place un numéro dédié à la permanence des soins ambulatoires, à côté du numéro d’accès à l’aide médicale urgente (numéro 15). Ainsi, la création de ce nouveau numéro ne remet en cause ni la place, ni le rôle de SOS médecins au sein de ce dispositif. En effet, cette association, dont la spécificité est de proposer des visites 24 h/24 et 7j/7, conservera son propre numéro d’appel à 4 chiffres, bien connu des patients des grandes agglomérations où travaille SOS médecins.

Sur le même thème, lire aussi :

Texte de la question Madame Catherine Beaubatie attire l’attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :