Mobilisation nationale: lutte contre la maladie d’Alzheimer

Le par

À la veille de la 21ème journée mondiale de lutte contre la maladie d’Alzheimer, Marisol Touraine, Geneviève Fioraso et Laurence Rossignol ont dressé samedi 20 septembre les perspectives d’une mobilisation nationale qui se poursuit et se renforce au service des personnes touchées par cette maladie, ainsi que de leurs proches.

Trois millions de Français sont directement ou indirectement touchés par la maladie d’Alzheimer, dont plus de 850 000 personnes malades. Un nouveau plan d’actions intégrant des avancées attendues en matière de recherche, de soins et d’accompagnement pour les personnes malades et leurs proches sera présenté le 28 octobre prochain. Il est l’aboutissement de plusieurs mois de travail, s’inscrit dans la continuité des trois précédents plans Alzheimer et traduit une approche nouvelle, transversale à plusieurs maladies neuro-dégénératives, dans le respect de la réponse aux besoins spécifiques de chacun, tel que l’a souhaité le Président de la République à l’issu du dernier plan.

La France reste par ailleurs très engagée au niveau international dans le cadre notamment des travaux du G8 « dementia » et au niveau européen à travers le programme conjoint sur les maladies neuro-dégénératives (JPND). Ce plan, qui se déclinera sur cinq années, réaffirme une priorité nationale forte pour la recherche, la santé et l’autonomie. Il complète les apports de la Stratégie Nationale de Recherche, de la Stratégie Nationale de Santé, ainsi que les progrès permis par la Loi d’adaptation de la société au vieillissement, particulièrement en matière de soutien à domicile et d’aide aux aidants.

Les actions qui seront présentées le 28 octobre prochain par le gouvernement permettront de répondre à quatre grands enjeux : soigner et accompagner les personnes malades tout au long de la vie et sur l’ensemble du territoire ; favoriser l’adaptation de la société aux enjeux des maladies neuro-dégénératives et atténuer les conséquences personnelles et sociales qu’elles peuvent avoir sur la vie quotidienne ; développer et coordonner la recherche sur les maladies neuro-dégénératives ; faire de la gouvernance du futur plan un véritable outil d’innovation dans le pilotage des politiques publiques et la démocratie en santé.

Sur le même thème, lire aussi :

Depuis 5 ans, Catherine BEAUBATIE est présente sur l’ensemble de notre circonscription aussi bien dans la partie rurale, qu’urbaine et péri-urbaine : 77 communes,
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :