Question écrite sur la fraude à la TVA intracommunautaire sur les véhicules d’occasion – réponse reçue le 25 novembre 2014

Le par

Question écrite

Texte de la question

Mme Catherine Beaubatie attire l’attention de M. le ministre des finances et des comptes publics sur la fraude à la TVA intracommunautaire sur les véhicules d’occasion. La Fédération nationale de l’artisanat automobile a constaté que certains mandataires automobiles qui réalisent des ventes de véhicules d’occasion en provenance d’un autre État européen éludent la TVA normalement applicable en France. Selon elle, cette fraude à la TVA intracommunautaire a atteint près d’un milliard d’euros en 2011 pour environ 160 000 véhicules d’occasion importés en « franchise de TVA ». Cette situation, qui pèse lourdement sur les recettes fiscales de l’État, pénalise fortement les 29 647 entreprises du commerce des véhicules d’occasion du fait d’une importante distorsion de concurrence, la fraude à la TVA permettant aux mandataires frauduleux de proposer des tarifs inférieurs d’environ 20 % à ceux qu’ils devraient normalement afficher. Bien que des mesures répressives existent, elles n’interviennent cependant qu’a posteriori, une fois la fraude réalisée. Afin d’empêcher les montages frauduleux, la Fédération nationale de l’artisanat automobile suggère l’instauration de mesures de contrôle en amont, dès la délivrance du certificat fiscal nécessaire pour obtenir l’immatriculation du véhicule en France. Elle propose également l’ouverture d’une réflexion sur la mise en place de dispositifs législatifs et réglementaires au niveau national et européen. Elle souhaite donc savoir si le Gouvernement envisage l’adoption de mesures fiscales, afin d’enrayer la fraude à la TVA intracommunautaire sur les véhicules d’occasion en amont.

Réponse du ministre des finances et des comptes publics – le 25 novembre 2014

Le renforcement de la lutte contre la fraude à la TVA, notamment en matière de fraude à la TVA sur les véhicules d’occasion, constitue l’une des priorités du Gouvernement compte tenu des ses enjeux budgétaires, mais également des distorsions de concurrence que crée cette fraude. C’est d’ailleurs à cette fin que la mesure citée par l’auteur de la question, codifiée à l’article 283-4 ter du code général des impôts, a été prise lors de la loi de finances rectificative pour 2012 en instaurant une solidarité de paiement entre les différents acteurs intervenant dans ce type de fraude. Toutefois, la sophistication des schémas de fraude suppose pour l’administration de démontrer que l’assujetti acquéreur du véhicule savait ou ne pouvait ignorer qu’il participait à ce schéma de fraude. C’est pourquoi le Gouvernement propose, à l’occasion du 2e projet de loi de finances rectificatives pour 2014, une disposition spécifiquement destinée à répondre au problème soulevé par l’auteur de la question. Il est ainsi proposé de subordonner l’application du régime de la marge ainsi que la délivrance du certificat fiscal (quitus fiscal) exigé pour pouvoir immatriculer la voiture en France à la justification du régime de TVA appliqué par le vendeur initial étranger titulaire du certificat d’immatriculation.

Sur le même thème, lire aussi :

Texte de la question Madame Catherine Beaubatie attire l’attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :