L’Education nationale redevient en 2015 le 1er poste budgétaire de l’Etat

Le par

L’Education nationale redevient en 2015 le 1er poste budgétaire de l’Etat avec un budget en hausse de 2,4%. Il permettra de financer nos priorités : plus de 9 000 nouveaux postes, l’éducation prioritaire, l’aide aux collectivités, … Il en est de même pour l’Enseignement supérieur, dont le budget augmente.

 

L’Éducation nationale redevient le premier poste budgétaire de l’État, devant la charge de la dette. En 2015, son budget atteindra 65,02 Md€, en augmentation de 1,1 Md€ par rapport à 2014, soit une hausse de +2,4% du budget, supérieure à celle de l’exercice précédent (+1,19% dans le PLF 2014).

Ces marges de manœuvre supplémentaires permettront notamment :

  •  De créer 9 421 nouveaux postes ;
  •  De financer le plan en faveur de l’éducation prioritaire, qui repose notamment sur le développement de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, le « plus de maîtres que de classes » et la revalorisation des indemnités des personnels à hauteur de 100 M€ ;
  •  De développer et professionnaliser l’accompagnement des élèves en situation de handicap notamment grâce à la création de 350 emplois d’accompagnants pour ces élèves ;
  •  De continuer à aider les collectivités pour la mise en place d’activités périscolaires avec le fonds d’amorçage.

 

Par ailleurs, ce budget permettra de poursuivre les engagements du gouvernement pour la refondation de l’école, notamment :

  • La remise en place d’une formation initiale pour les enseignants dans le cadre des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) ;
  • La priorité au premier degré dans la répartition des moyens ;
  • Les nouvelles indemnités pour tous les professeurs des écoles (400€ par an), les directeurs d’école (de 100 à 400€), les maîtres formateurs (321€) ou encore les conseillers pédagogiques (1000€).

 

 

Le budget de l’Enseignement supérieur et la Recherche est également en hausse. Il atteindra, en 2015, 23,05 Md€, soit 45 M€ supplémentaires par rapport à 2014.

Ce budget permet d’améliorer les conditions d’études et les chances de réussite des étudiants. Il prévoit notamment :

  • 77 500 étudiants boursiers supplémentaires, qui ne seront plus simplement exonérés des droits d’inscription, mais percevront également une aide annuelle de 1 000 euros. Ils s’ajoutent aux 56 000 étudiants boursiers bénéficiaires de cette aide depuis la rentrée 2013 ;
  • 1 000 nouvelles bourses allant de 4 000 à 5 000 euros par an pour les étudiants en situation d’autonomie ;
  • La généralisation de la caution locative étudiante ;
  • La préservation du pouvoir d’achat des étudiants avec la plus faible hausse des droits d’inscription depuis 10 ans (+0,7%) et la revalorisation du ticket restaurant universitaire limitée à l’inflation pour la rentrée 2014 ;
  • La poursuite en 2015 du plan de création de 1 000 emplois chaque année dans les universités. Ces emplois seront prioritairement affectés à l’encadrement des étudiants ;
  • La préservation de l’emploi scientifique et la garantie de flux d’embauche garantissant le remplacement de tous les départs à la retraite dans les opérateurs de Recherche.

Sur le même thème, lire aussi :

Depuis 5 ans, Catherine BEAUBATIE est présente sur l’ensemble de notre circonscription aussi bien dans la partie rurale, qu’urbaine et péri-urbaine : 77 communes,
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :