Catherine BEAUBATIE
Catherine BEAUBATIE

6 mai 2015 – Intervention lors de la table ronde sur l’apiculture et les néonicotinoïdes

Le par

Intervention lors de la Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire du 6 mai 2015

Table ronde sur l’apiculture et les néonicotinoïdes, avec la participation du docteur Jean-Marc Bonmatin, membre de la task force internationale sur les pesticides systémiques, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ; M. Denis Sapène, apiculteur, membre de la Fédération française des apiculteurs professionnels ; M. Frank Aletru, apiculteur, vice-président de l’organisation non gouvernementale « Terre d’Abeilles », membre du groupe Méthodes–Pesticides– Abeilles ; le docteur Michel Nicolle, de l’association « Alerte des Médecins sur les Pesticides» (ALMP) ; M. Joël Limouzin, vice-président de la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA) et de sa commission apiculture

Texte de l’intervention

« Messieurs, je vous remercie pour vos interventions. Votre expertise confirme ce que nous voyons dans nos territoires, c’est-à-dire une augmentation croissante de la mortalité des abeilles qui se vérifie encore en ce début d’année 2015.

Dans mon département, la Haute-Vienne, la production de miel a été divisée par trois en vingt ans. Ce sont pourtant quelque 12 000 ruches qui sont la source d’une production locale très appréciée. Plus importante encore, la production agricole va être affectée, faute de pollinisation suffisante par les abeilles et les bourdons. Désormais, le doute n’est plus possible, les épandages de néonicotinoïdes apparaissent comme une cause majeure de fléau pour les acteurs de la filière apicole.

Malgré des avancées, cinq molécules de cette famille restent autorisées. C’est pourquoi, en responsabilité, nous avons introduit en première lecture du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité une interdiction de l’usage de ces substances dangereuses, à partir du 1er janvier 2016, sur toutes les plantations. Nous espérons vivement que nos collègues sénateurs adopteront cette disposition. En tout cas, nous resterons vigilants en ce qui concerne la navette parlementaire. Le Gouvernement, la rapporteure du projet de loi, ma collègue Geneviève Gaillard, et de nombreux collègues ont émis des doutes sur l’eurocompatibilité de cette mesure. Si tel était le cas, un moratoire de trois ans pourrait être proposé. Quel est votre avis sur la question ? « 

Consulter le compte rendu de cette table ronde – http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/cr-dvp/14-15/c1415045.pdf

Sur le même thème, lire aussi :

Intervention de Catherine Beaubatie, Députée de la 3ème circonscription de la Haute-Vienne, lors de la séance de questions le 2 novembre 2016 [dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x50huf6_mercredi-2-novembre-2016-projet-de-loi-de-finances-pour-2017-infrastructures_news[/dailymotion] Texte de l’intervention: "Madame
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :