Le point sur la situation en Syrie.

Le par

Le président de la République a réaffirmé la position de la France sur le conflit syrien, elle est la même depuis 3 ans : la solution passe par le départ de Bachar El-Assad. On ne peut pas faire travailler ensemble les victimes et le bourreau. Bachar El-Assad est à l’origine du problème, il ne peut pas faire partie de la solution. Une initiative est nécessaire, une coalition large, réunissant tous les pays qui veulent s’associer, est nécessaire. La France propose un plan global avec : 

1/ Une transition politique, qui associe des éléments du régime et de l’opposition modérée, conformément au communiqué de Genève : des forces qui ne sont ni Daech ni le régime existent, elles sont les plus nombreuses.

2/ La fin des bombardements et des massacres.

3/ Une aide massive pour les pays voisins de la Syrie : la Turquie, la Jordanie et le Liban, qui accueillent des millions de réfugiés et ne parviennent pas à faire face à la crise humanitaire. Une partie du territoire libyen pourrait par ailleurs être protégée des combats pour permettre aux Syriens d’y rester et d’y vivre.

n

La situation en Syrie est une tragédie produite par l’alliance du terrorisme et de la dictature. Aussi le chaos syrien doit-il trouver une réponse globale, avec :

• Plus que jamais, la mise en place d’une transition politique, qui associe des éléments du régime et de l’opposition modérée, conformément au communiqué de Genève. La France y est engagée. Elle y travaillera activement, avec l’ensemble des acteurs impliqués, en soutien aux efforts de S. De Mistura, l’envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie. Cette solution politique suppose d’intégrer toutes les parties prenantes. Et la France discute avec tous et n’écarte personne. Mais l’avenir de la Syrie ne peut pas passer par Bachar El-Assad.

• La fin des bombardements et des massacres. Les populations civiles doivent être protégées contre toutes les formes de violence, celles de Daesh et des autres groupes terroristes, mais aussi contre les bombardements meurtriers de Bachar el Assad.

• Une aide massive pour les pays voisins de la Syrie : la Turquie, la Jordanie et le Liban, qui accueillent des millions de réfugiés et ne parviennent pas à faire face à la crise humanitaire. Une partie du territoire libyen pourrait par ailleurs être protégée des combats pour permettre aux Syriens d’y rester et d’y vivre.

Pour rappel :

• La France a annoncé ce dimanche avoir frappé en Syrie. Nous l’avons fait sur la base de renseignements collectés au cours des opérations aériennes engagées depuis plus de deux semaines, dans le respect de notre autonomie d’action, en coordination avec nos partenaires de la coalition. Notre pays confirme ainsi son engagement résolu à lutter contre la menace terroriste que constitue Daesh ;
• Nous frapperons à chaque fois que notre sécurité nationale sera en jeu. D’autres frappes pourront avoir lieu dans les prochaines semaines si nécessaire, avec toujours le même objectif : identifier les cibles qui correspondent à des camps d’entraînement ou à des lieux où nous savons que le groupe terroriste Daech peut menacer la sécurité de notre pays ou mener des actions terroristes.

Sur le même thème, lire aussi :

Depuis 5 ans, Catherine BEAUBATIE est présente sur l’ensemble de notre circonscription aussi bien dans la partie rurale, qu’urbaine et péri-urbaine : 77 communes,
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :