Démantèlement de la Lande de Calais

Le par

Le démantèlement de la Lande de Calais a débuté  lundi matin. Les réfugiés présents sur place sont répartis dans les 450 Centres d’accueil et d’orientation (CAO) du territoire.

Devoir humanitaire pour notre pays, cette opération de mise à l’abri est l’aboutissement d’un engagement constant de l’Etat depuis 2 ans à Calais, aux côtés des élus locaux et des associations. Ce démantèlement fait partie d’une stratégie globale : mise à l’abri des réfugiés ; lutte contre les filières d’immigration clandestine ; sécurisation de la frontière ; présence policière après le démantèlement pour éviter qu’un nouveau point de fixation ne se reforme.

S’agissant des mineurs isolés, les Britanniques accueilleront tous les mineurs isolés dont les attaches familiales en Grande-Bretagne sont établies et versera une nouvelle aide financière de plus de 40M€. Ils s’engagent également à étudier les dossiers de mineurs non accompagnés qui n’ont pas de lien familiaux mais dont l’intérêt supérieur serait de rejoindre ce pays. Ces résultats sont le fruit des négociations engagées par ce gouvernement.

Au-delà, le gouvernement a souhaité la présence d’observateurs sur place pour que cette opération se fasse dans la plus grande transparence. L’Etat fait son travail, avec les associations, en assumant l’accueil des réfugiés sur le territoire et en le finançant entièrement. Le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations-Unies a salué la décision prise par le gouvernement. On ne peut donc pas d’un côté exiger de l’Etat qu’il prenne ses responsabilités, et de l’autre le lui reprocher quand il les prend.

Sur le même thème, lire aussi :

Depuis 5 ans, Catherine BEAUBATIE est présente sur l’ensemble de notre circonscription aussi bien dans la partie rurale, qu’urbaine et péri-urbaine : 77 communes,
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :