Lutte contre le décrochage scolaire

Le par

Longtemps, les efforts entrepris pour lutter contre le décrochage scolaire ne permettaient que de contenir ce phénomène. Sujet grave et enjeu majeur de notre société (son coût pour la société est de 230 000 €/élève décroché tout au long de sa vie), il n’est pour autant pas une fatalité. Aussi la loi de refondation pour l’Ecole de la République a fait de la réduction du décrochage un objectif prioritaire ; en novembre 2014, suite à une évaluation partenariale, un plan  ambitieux de lutte contre le décrochage  a été lancé pour amplifier l’action et les résultats.

Dès  2014-2015, le nombre de jeunes sortant annuellement du système sans qualification est passé de 140 000 à 110 000 . En outre,  la proportion de 18-24 ans ayant quitté le système scolaire sans qualification et restant sans solution s’est réduite à 9,3 %, contre 11 % pour la moyenne européenne. En 2015-2016, nous sommes passés sous la barre des 100 000 nouveaux décrocheurs, avec 98 000 élèves concernés. A la rentrée 2016, le gouvernement a introduit de nouvelles mesures ou étendu des dispositifs prometteurs notamment avec : le parcours aménagés de la formation initiale ; le droit à redoubler dans l’établissement d’origine pour les candidats malheureux au CAP, au brevet de technicien ou encore au baccalauréat ; l’augmentation du nombre de microlycées ouverts aux jeunes décrocheurs (12 en 2014 contre 42 aujourd’hui) ; la possibilité pour les élèves de seconde professionnelle qui pensent s’être trompés d’orientation ou l’avoir subie, de demander à changer de domaine ou de voie jusqu’aux vacances de la Toussaint ; ou encore la possibilité nouvelle de bénéficier d’une bourse en cas de reprise d’études.

C’est la raison pour laquelle, pour les chiffres 2016-2017, qui seront connus l’an prochain, nous tablons sur une nouvelle baisse, à moins de 80 000 décrocheurs. L’objectif fixé par le président de la République de diviser par 2 le nombre de décrocheurs annuels, sera donc atteint d’ici à 2017.

Sur le même thème, lire aussi :

Depuis 5 ans, Catherine BEAUBATIE est présente sur l’ensemble de notre circonscription aussi bien dans la partie rurale, qu’urbaine et péri-urbaine : 77 communes,
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :